#Extrait 59

Ils décidèrent de s’engouffrer dans cet antre poussiéreux non sans un certain dégoût. William passa le premier, récoltant les toiles d’araignées sur son passage, tâtant le sol meuble pourrissant, respirant des effluves de poussière et de moisissures. Il n’aurait pas été étonné de découvrir un cadavre en décomposition tant la puanteur était entêtante. L’évier d’inox bouché se devinait sous une couche de terre et de cailloux, les toiles en plastique tendue sur les armoires étaient lacérées, certains bouts pendaient mollement dans le vide. L’intérieur de la caravane avait dû être teinté de beige mais, à travers la crasse agglomérée sur les vitres, l’environnement baignait dans un monochrome ocre et sale. Sur le visage de Lise se reflétaient les moisissures recouvrant la fenêtre principale, ces fissures à travers la crasse peignaient des cicatrices fendant son visage en dizaines de morceaux.


Dans cette série #Extrait, je partage avec vous des cours extraits de mes écrits, que ce soit nouvelles (isolées ou dans un recueil), romans (écrits ou en cours), essais, fragments…

Ici, il s’agit d’un extrait de mon roman Wish you were here

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s