#Extrait 48

Le métro pointe son nez au fond du tunnel. On entend déjà son vacarme, reflet de la société moderne : bruit de ferraille rouillée. Il s’arrête face à moi, dans un crissement abominable. Les gens sont entassés dans les wagons. Je force le passage pour me faire une place : juste quelques centimètres d’existence. Une femme prend deux places à elle seule et me balance sa poitrine informe dans le nez. Une autre – une personne âgée – m’écrase le pied à chaque secousse de l’appareil, puis se raccroche à mon bras pour retrouver l’équilibre, sans même un regard ou un mot d’excuse. Personne ne parle ; quelques-uns se hasardent à chuchoter, le silence prédomine. Des robots.


Dans cette série #Extrait, je partage avec vous des cours extraits de mes écrits, que ce soit nouvelles (isolées ou dans un recueil), romans (écrits ou en cours), essais, fragments…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s