#Extrait 37

Elle leur prépare un petit déjeuner : pancakes, bacon et café noir. Puis, elle décide qu’il faut prendre l’air et les extirpe de l’appartement pour se promener le long du fleuve. Pétillante et pleine de vie, tandis que Will et Sam traînent leurs corps amorphes à côté d’elle. Lise saute dans tous les sens, petite fille les ravissant de sa fraîcheur. Sam est également sous le charme, admiratif, ne pouvant s’empêcher de prendre part à l’euphorie dont elle les inonde. Ils effectuent quelques pas de danse au milieu de l’herbe fraîchement coupée dans le parc de l’autre côté du fleuve, face au quartier de la cathédrale. Sa présence a le pouvoir de faire oublier la médiocrité du quotidien. Et Will n’est pas le seul à être charmé : il le remarque fréquemment parmi son entourage, à chacune de ses venues, au point que personne n’ose même demander la raison de sa présence fuyante et épisodique à ses côtés. Une femme comme ça ne peut être réelle. Elle demeure en tout cas insaisissable : la fée verte apparaissant au fond d’un verre d’absinthe avant de s’évanouir dans les brumes de l’enivrement.


Dans cette série #Extrait, je partage avec vous des cours extraits de mes écrits, que ce soit nouvelles (isolées ou dans un recueil), romans (écrits ou en cours), essais, fragments…

Ici, il s’agit d’un extrait de mon roman Wish you were here

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s