La voix au chapitre

Avant, j’écrivais dans l’urgence d’un besoin. Afin d’extraire quelque chose de moi que je voulais voir à l’extérieur. Ça c’était l’aspect « journal intime » de mon travail, mais ça ne s’arrête pas là, ça a continué. C’est tout le processus ensuite qui se met en place pour créer des personnages, un contexte, une histoire – quoique je n’aime pas ce terme puisque mes livres n’ont pas toujours de trame, ils livrent l’expérience sensorielle et émotionnelle du personnage. C’est de ce processus que naissent les écrits qui deviennent art : ils ne sont plus moi, ils sont l’expression artistique d’une perception qui, à la base, venait de moi.

Lorsque j’exprime ce processus, certaines personnes comprennent instinctivement, d’autres me regardent avec une forme de dédain : « Arrêtes ton char, avoue que tu parles de toi dans tout ce que tu écris. C’est de l’autobiographie, pas de la fiction ». Ceux-là, je ne cherche pas à leur expliquer, ils ne comprennent pas quel que soit mes arguments ou l’expérience que je leur expose : « C’est juste un nuage d’illusions que tu te crées pour te persuader que ce n’est pas de toi dont tu parles et ton besoin de croire que tu as un don ». Et pourtant, aujourd’hui, il y a ce blog, je n’ai pas perdue l’envie de partager l’écriture. Ce blog, n’est-ce pas de ma part un moyen d’avoir voix au chapitre sans être interrompue ? Il y a peut-être de ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s