#Extrait 29

Je suis l’oublié.

J’erre, inanimé, à travers cet appartement qui, autrefois, fut le mien. Puis, je reste là, assis, des heures durant, attendant qu’on me réveille. Car ce n’est pas possible, ce n’est pas réel, ton vide, ton absence, je n’aurais jamais cru cela possible. À qui servent ces pensées désormais ? Je suis l’oublié. Tu ne me laisses pas même la sécurité de croire en mon existence palpable à travers tes pensées. Maintenant, je suis dans ce salon où les années resteront figées. Je perds toute notion de temps. Le téléphone sonne. Je laisse le répondeur s’enclencher, pour entendre ta voix conviant l’interlocuteur à laisser un message. Je n’ai pu me résoudre à l’effacer. À quoi servent ces pensées ?


Dans cette série #Extrait, je partage avec vous des cours extraits de mes écrits, que ce soit nouvelles (isolées ou dans un recueil), romans (écrits ou en cours), essais, fragments…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s