Lecture – Ecrire, écrire, pourquoi?

Ecrire, écrire, pourquoi

C’est en faisant des recherches sur Sylvie Germain que je suis tombée sur l’entretien qu’elle a tenue au sein de ce cycle de rencontres organisé par la Bibliothèque Publique d’Information que j’ai découvert cette collection qui pose si ce n’est La question mais en tout cas une des questions incontournables auxquelles doivent faire face les écrivains d’aujourd’hui.

Car, comme le souligne Laurent Nunez dans son essai « Les Ecrivains contre l’écriture » (Ed. José Corti, DL 2006, 256 p.), il fût un temps où les écrivains n’avaient pas à se justifier d’être écrivains, un temps où les écrivains étaient des êtres au-dessus du reste du monde ; aujourd’hui, on n’hésite plus à leur poser la question, la curiosité a dépassé le besoin de croire en des saints inaccessibles et c’est tant mieux parce que la mécanique, les rouages, toute la machinerie mise en place lorsqu’on parle d’écriture, n’intéressent (et ne fascinent) plus seulement les auteurs seuls mais aussi les lecteurs (et parmi eux, les autres auteurs) pour lesquels il ne s’agit plus là d’une mécanique mystérieuse mais bien d’un travail, pas toujours reconnu à sa juste valeur par les professionnels du livre mais toujours en tout cas reconnu et questionné par les lecteurs.

La forme et le déroulé de ces entretiens varie bien sûr selon l’auteur interviewé et c’est un jeu aussi pour celui qui se met en tête de lire tous les entretiens de la collection (oui, bien sûr, vous avez deviné : c’est bibi !) : retrouver les similitudes et les échos, les différences, et réaliser que de toute manière chaque auteur est unique puisque personne d’autre ne rassemblera dans son écriture cette personnalité même, ses influences, ce qui l’a forgé, ce qu’elle a lu, vu, entendu, son histoire, ses aspirations, son imagination, bref, tout ce qui fait qu’un être humain ne peut être (totalement) remplacé par un autre (bon, il s’agit pas là de faire un pamphlet contre le clonage mais voilà qui est dit !). Et, à la fois, lire ceci, toutes ces réflexions sur l’écriture, sur le ressenti par rapport à un livre qu’on a écrit, sur la critique et la réception publique, sur l’intimité étroite qui unit l’écrivain, son être social et l’oeuvre, etc., c’est aussi, pour un autre écrivain, retrouver un système qui nous parle ou en tout cas auquel on n’est pas étranger.

Pour tout lecteur, c’est aussi découvrir certains auteurs contemporains qu’on n’a pas encore pris le temps de connaître, dont on a vaguement entendu parlé ou qui nous sont complétement inconnus, et, pour ma part, j’avoue éprouvé souvent plus facilement des affinités avec un auteur et son univers lorsque je découvre d’abord sa prose essayiste avant de lire ses œuvres de fictions ; cela peut-être m’est personnel (ce goût de décortiquer et de démonter le texte pour voir la couleur de ses entrailles, peut-être…).

Pour ceux que ça intéresse d’aller jeter un œil, tous les entretiens sont en libre accès gratuitement (pdf, epub ou en ligne):

Véronique BergenEmmanuel CarrèreCatherine CussetMarie DarrieussecqAnnie ErnauxAlain FleischerSylvie GermainGamal GhitanyDavid GrossmanYannick HaenelLinda LêClaudio MagrisAmélie NothombOlivier RolinPhilippe Sollers

Et pour ceux qui préfèrent les écouter, c’est par ici : archives sonores de la BPI

Une réflexion sur “Lecture – Ecrire, écrire, pourquoi?”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s