#Extrait 18

C’est ainsi que je la vis s’avancer vers l’océan. Pour la première fois depuis des années, elle avait le visage grave et serein. C’était trop tard pour la rattraper. La nuit descendait lentement à l’horizon des cyprès dont la cime s’éclairait d’or et de sang. En cette seconde d’éternité, le monde paraissait être en harmonie avec l’Homme, avec chaque élément vivant peuplant l’instant. Tout semblait, pour un moment, dirigé vers cette unique scène. Le temps s’était suspendu. Sa robe virevoltait sous le vent du mistral qui chantait sa ritournelle funèbre pour le dernier souffle d’une enfant du nouveau monde.

Le temps a ensuite repris son court.


Dans cette série #Extrait, je partage avec vous des cours extraits de mes écrits, que ce soit nouvelles (isolées ou dans un recueil), romans (écrits ou en cours), essais, fragments…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s