#Extrait 2

Ma femme est devenue un fantôme dans notre maison poussiéreuse. Et je ne m’en suis pas rendu compte avant ce matin. En cet instant précisément où j’ai quitté la maison par ce premier jour d’automne, où le soleil n’était pas encore levé pour la première fois de l’année, où j’ai laissé la maison derrière moi après avoir passé la tête par la porte de cuisine pour souhaiter une bonne journée à ma femme sans obtenir de réponse ou le moindre signe d’assentiment. C’est un mot qui a peu de sens : avant, avant quoi ? Et pourquoi serait-ce désormais différent ? N’avons-nous pas toujours été ainsi finalement ?

Extrait de la nouvelle « Les Choses immobiles » (Fantômes – Justine Coffin)


Dans cette nouvelle série #Extrait, je partage avec vous des cours extraits de mes écrits, que ce soit nouvelles (isolées ou dans un recueil), romans (écrits ou en cours), essais, fragments…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s