Lecture: Chaos calme

9782253127451-T

L’auteur

Sandro Veronesi (1959-) est un auteur italien. Il écrit des romans, des pièces de théâtre, de nombreuses préfaces de romans et d’essais. Il a obtenu le prix fémina, en 2007, pour ce livre chroniqué.

 

Ma lecture

« Quiet chaos » désigne « une chasse sans fin, une chasse où, d’un moment à l’autre, le chasseur peut se transformer en gibier » (p. 490). Le narrateur à la première personne définit-il ainsi cette période de vide existentiel de sa vie lorsque sa femme meurt soudainement tandis qu’il secourait une femme en train de se noyer au large sans que personne ne réagisse. Pietro se retrouve donc seul avec sa fille et, comme un effet de miroir – est-ce le reflet de sa propre absence de réaction qui empêche sa fille d’extérioriser la moindre émotion?-, aucun des deux ne semble souffrir de cette perte. Objectivement (car lui ne semble pas le savoir), la vie de Pietro devient chaotique, relève de l’absurde et du non-sens de ces événements qui s’enchaînent sans qu’il ne semble y avoir de prise possible. Sans préméditation, alors qu’il dépose sa fille à l’école, Pietro décide de stationner devant l’école jusqu’à la sortie des classes. Une journée se passe dans le repos de l’attente sans but, ce calme justement insensé comme si Pietro avait décidé de pousser le bouton « pause » pour un temps suspendu indéterminé. Puis deux jours, trois jours, cette attente devient un rituel quotidien. Pietro reçoit ses visites dans le parc ou le café en face de l’école; on entend parler de lui, les oui-dires se multiplient, des gens qui le connaissent de près ou de loin cherchent tout autant de raisons possibles à la décision de Pietro, à cette interruption du cours de sa vie, chacun peut y trouver sa propre résonance tandis que la raison même pour Pietro demeure opaque: il ne sait pas pourquoi il reste là toute la journée, il ne se sent pas souffrir, il est simplement là, il voit sa fille pointer son nez à la fenêtre aux heures de récréations, ils se rassurent mutuellement. Et ces gens (collègues, amis, famille) qui trouvent un sens à cette suspension d’une vie, viennent s’entretenir avec lui, d’abord avec une certaine cordialité ou la volonté de lui faire entendre raison, pour finalement s’épancher, révéler des parts intimes de leurs vies qu’ils n’avaient jamais révélées. Pietro dit qu’ils « viennent souffrir » comme ils s’imaginent que lui souffre au point de demeurer immobile toute la journée devant l’école de sa fille, incapable de réagir à la mort de sa femme. Mais lui, que ressent-il vraiment?

Chaos calme est un long monologue de l’absurde. Les pensées, les événements et les souvenirs se projettent sur la psyché de ce personnage (est-il seulement miroir? éponge? être immobile permettant aux autres de venir déposer en lui leurs propres affects qu’il reçoit en silence?), et ses pensées nous sont livrées dans le flux discontinu d’une pensée sans logique, procédé réaliste par excellence défaisant les critiques de ceux qui voudraient que le roman soit un révélateur logique et raisonné du monde. Ici, c’est au lecteur d’en faire sa propre analyse psychologique, de tenter de comprendre, comme finalement le florilège de personnage gravitant autour de Pietro, les tenants et aboutissants d’une décision socialement inconcevable: celle de simplement faire une pause, s’asseoir pour observer le film muet du chaos du monde dont on tente de suspendre la résonance dévastatrice en soi.

Citations

Comme hier, la tranquillité surprenante, bucolique de ce coin du monde me rassure, même si en moi, je continue à percevoir un tumulte, ou plutôt l’écho d’un tumulte: une espèce d’agitation lointaine, mais pas très lointaine, comme semble lointain, mais pas très lointain, le bruit de la circulation, en contrebas, qui arrive atténué, adouci, mais arrive tout de même. (p. 73)

Avec le changement de saison, les habitudes des gens ont changé. Je n’avais jamais remarqué combien nous calons nos habitudes sur les conditions climatiques: nos horaires, nos trajets, nos pauses, tout. Ces contrées si familières, où je me serais déplacé les yeux fermés, sont devenues nouvelles, presque inconnues. Certaines personnes ont carrément disparu – le laveur de pare-brise pakistanais, par exemple -, d’autres ont changé d’horaire et de comportement mais sans donner l’impression d’improviser: comme s’ils avaient sorti leurs habitudes d’hiver en même temps que les vêtements chauds. (p. 433)


Référence: Veronesi, Sandro. Chaos calme. Paris: Grasset, coll. « Le livre de poche », impr. 2010, cop. 2008. 535 p.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s