Dérails #2

Erika, quai n°4, sur un banc
Je l’observe depuis trois minutes. Ma sensation d’étrangeté face à cet homme s’intensifie – mais qui n’est pas étrange dans une gare ? Et particulièrement à cette heure de la nuit ? Néanmoins, son visage ne m’est pas indifférent. Je prends le train pour Lyon dans deux heures. Partir loin d’ici, c’est tout ce que je veux : m’enfuir comme toujours, d’une vie à une autre. Je croyais pourtant que cette fois, ça marcherait, que c’était Lui. Enchevêtrement d’erreurs. Et voilà que vingt-six ans ont passé sans événement tangible. Je me retrouve toujours là, assise dans une gare à attendre un ailleurs qui ne me sauvera pas.

Chaque semaine, découvrez un nouvel épisode de ma nouvelle « Dérails »

L’épisode précédent ici.

3 réflexions au sujet de “Dérails #2”

  1. La vie est là simple et tranquille -(–)
    Qu’as -tu fait,ô toi que voilà
    Pleurant sans cesse,
    Dis, qu’as tu fait ,toi que voilà,
    De ta jeunesse?

    Paul Verlaine »le ciel est par dessus le toit »

    A un moment donné il faut essayer de la vivre sa vie même si c’est une VDM.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s